Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 17:59

 

Réalisé par Seth MacFarlane, 2015

Durée : 01h55

 

Après le petit bijou d'humour trash qu'était Ted en 2012, Seth MacFarlane relève le pari risqué d'une suite. Va-t-il parvenir à conserver cette ambiance subversive et présenter un film aussi réussi que son ainé ?

 

La marche était haute après le succès du premier opus mais nous pouvons dire que le réalisateur ne déçoit absolument pas avec cette suite ! L'effet de surprise n'est plus là et le caractère génialement pervers et hilarant de Ted est maintenant connu de tous. Il n'empêche que cette suite parvient à renouveler l'intérêt et se paye même le luxe d'être encore plus drôle que le film de 2012. Encore plus "borderline", cette suite enchaine les situations désopilantes et l'humour trash et absurde qui fait la marque de fabrique de Set MacFarlane. De la banque de sperme au cabinet du médecin en passant par des caméos bien sentis (mention spéciale à Liam Neeson) et des références de la pop-culture en pagaille on ne s'ennuie jamais. En parlant de pop-culture le film est basé dessus, que ce soit pour son humour ou pour ses dialogues il y a constamment une référence bien sentie qui vient ponctuer les situations. Comme le premier, cette suite tape sur tout ce qui bouge sans retenue pour le plus grand plaisir du spectateur qui assiste à un long-métrage qui ose tout. Derrière ce déluge de vannes Ted 2 se veut un minimum sérieux sur le propos (l'acceptation des différences) et bien que le plaidoyer soit assez simpliste cela rééquilibre la folie de l'ensemble. Enfin un petit mot sur le casting : Marc Wahlberg est toujours taillé pour son rôle de grand gaillard naïf et touchant et Amanda Seyfried remplace à la perfection Mila Kunis. Et Ted est toujours aussi bien modélisé.

 

 

Ted 2 est avant tout une comédie pour les amoureux de la pop-culture et de l'humour absurde et trash de Seth MacFarlane. Moins surprenant et émouvant que le premier, ce nouvel opus va encore plus loin et ne se fixe clairement aucune limite avec comme résultat des situations hilarantes, un vrai bonheur à visionner et un film très maitrisé. Sûrement la comédie la plus drôle au cinéma depuis... Ted.

 

Les + :

  • Encore plus drôle !
  • Pas d'impression de déjà-vu
  • Une vraie sucrerie de 02h

Les - :

  • Pas grand-chose...

 

Note : 8 / 10

 

Published by cineguiloup
commenter cet article
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 17:32

 

Réalisé par Noah Baumbach, 2015

Durée : 01h37

 

Les difficiles passages de certains âges de la vie sont une source inépuisable d'inspiration pour les comédies romantiques. Que ce soit le passage vers l'âge adulte, le fameux cap de la trentaine ou encore la crise de la quarantaine, le cinéma (américain et surtout français) est friand de ces situations.

 

Ben Stiller et Naomie Watts sont de "jeunes quadragénaires" bien sous tous rapports qui ne souhaitent pas forcément d'enfant mais s'interrogent malgré tout. Ils vont rencontrer Adam Driver et Amanda Seyfried, la vingtaine bien entamée et cela va bouleverser leur quotidien pour le meilleur puis pour le pire. Ce film traite d'abord de la monotonie que peut éprouver un couple à un certain âge avant de partir dans la dernière partie dans tous les sens. On y évoque pêle-mêle le refus de vieillir, l'envie d'avoir un enfant, l'opportunisme professionnel et la jalousie. Alors que les premières minutes qui s'avèrent agréables font clairement penser à un traitement à la sauce Woody Allen, la bobine s'étiole et ne tient pas du tout la distance. A vouloir brasser dans tous les sens le réalisateur perd le spectateur et tout simplement l'intérêt du film. Il faut noter néanmoins quelques séquences réjouissantes mais cela est bien faible notamment comparé au final vraiment raté. Heureusement que Ben Stiller tient la baraque ; ce film est passable mais sans lui il aurait été juste mauvais.

 

 

Trop bavard, trop lent et finalement très superficiel, While we're young relève plus de la chronique peu intéressante de deux couples que de la véritable analyse sur les nombreux sujets évoqués. Sur des thèmes vus et revus le réalisateurs brode sans convaincre et filme une oeuvre oubliable et sans réel intérêt.

 

Les + :

  • Ben Stiller

Les - :

  • La réalisation, l'écriture, les dialogues
  • Un film creux et convenu

 

Note : 3 / 10

12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 17:31

 

Réalisé par Peyton Reed, 2015

Durée : 01h57

 

Marvel poursuit sa boulimie de films avec Ant-man, littéralement l'homme-fourmi. L'histoire d'un homme qui subitement peut se réduire à la taille d'une fourmi, possède une force et une adresse décuplées et devient leader d'une armée d'insectes... Nous sommes d'accord c'est totalement ridicule, mais est-ce plus difficile à avaler qu'un homme-araignée, un demi-dieu nordique, un géant vert ou un mec qui se bat avec un bouclier ? Pas forcément.

 

A l'image de l'excellent Les gardiens de la galaxie, Ant-man sort des sentiers battus de Marvel et propose un nouveau héros. A la différence des gardiens de la galaxie, l'univers (notre Terre) reste le même, le dépaysement est donc moindre. Le film dure moins de 2 heures, ce qui est très court pour nous introduire les personnages, présenter le héros et ses nouveaux pouvoirs puis affronter le traditionnel méchant. La découverte des nouveaux pouvoirs est vraiment expédiée mais malgré tout réjouissante car très bien mise en scène : le jeu sur les échelles est particulièrement réussi surtout dans la première scène qui débute dans la baignoire. On aurait aimé que cette mise en perspective physique se reproduise plus souvent dans le film. La façon dont le héros assimile ses pouvoirs est assez déconcertante, surtout qu'il s'agit d'un "monsieur tout le monde" banal et sans facultés extraordinaires. Le personnage incarné par Paul Rudd se calque sur l'humour et la répartie de Chris Pratt et de son personnage de Star Lord même si il ne possède pas la même envergure. Plutôt léger, Ant-Man joue de cette nonchalance en proposant un spectacle bien moins impressionnant et tourné action que les autres Marvel. Le film en ressort plus agréable, moins fixé sur des enjeux ridicules et dérisoires et joue la carte du fun tant que possible. La bataille finale présente des moments franchement drôles parfois très décalés et fait oublier les situations grotesques et l'absence totale de charisme du méchant.

 

 

Ant-man possède des atouts indéniables qui font de ce super-héros une alternative sympathique aux fades Captain America, Hulk et autres joyeux drilles des Avengers. Malgré l'absurdité de certaines situations (on parle ici d'un homme qui dirige du jour au lendemain une armée d'insectes...) le film est agréable, bien aidé par un humour certain et un jeu des échelles très réussi.

 

Les + :

  • Du nouveau chez Marvel
  • Franchement drôle par moment

Les - :

  • Ce film a-t-il vraiment sa place dans la galaxie Marvel ?
  • ça reste un Marvel classique : pas d'enjeux, un méchant ridicule etc...

 

Note : 6,5 / 10

26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 18:33

 

Réalisé par Pierre Coffin & Kyle Balda, 2015

Durée : 01h31

 

Moi moche et méchant 1 et 2 puis les Minions aujourd'hui : nous parlons probablement du dessin-animé le plus commercial au monde. Depuis 5 ans les personnages des minions sont partout : à la télé, en peluche, dans les parcs d'attractions, dans les fast-food, partout partout. Que vaut-donc ce film centré sur ces petits personnages au fort potentiel comique ?

 

La force des minions dans les 2 premiers films était leurs gags sporadiques qui faisait toujours mouche. Souvent liés à leur immense appétit (des bananes surtout) et à leur langage rigolo mélangeant l'anglais l'espagnol et le français, ce comique de situation s'étend ici sur 01h30. Et c'est là tout le problème de ce film. Tandis que quelques blagues par film s'avéraient drôles, elles finissent ici par agacer à force de répétition. Pourtant le film débute très bien avec une introduction très inventive mais malheureusement dévoilée à 90 % dans la bande-annonce. La suite est une accumulation de gags burlesques, de gesticulations et de banana banana pendant plus d'une heure. Le film se déroule à 100 à l'heure et ne propose aucun temps mort mais se révèle finalement agaçant et fatiguant, surtout dans la dernière demi-heure orientée exclusivement action. Finalement ce film est aussi vite vu et aussi vite oublié, tout comme la fin ultra-prévisible et mal amenée.

 

 

Le film n'est donc finalement pas si drôle que cela (un comble) et beaucoup trop braillard dans l'ensemble. La meilleure partie de ce long-métrage se trouve dans sa bande-annonce, ce qui n'est jamais bon signe. Ce produit dérivé est oubliable mais devrait plaire sans soucis aux plus jeunes et surtout renforcer encore plus son emprise marketing à travers le monde.

 

Les +

  • Quelques gags drôles malgré tout
  • Visuellement soigné

Les - :

  • A la fois ennuyant, fatiguant et plat
  • Trop de minions tuent les minions

 

Note : 4,5 / 10

26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 18:07

 

Réalisé par Leigh Whannel, 2015

Durée : 01h38

 

Le premier Insidious était une bonne surprise lors de sa sortie en 2010. Sobre tout en possédant une réalisation classieuse et misant sur du surnaturel "à l'ancienne", le premier opus fût un bon petit film de genre. Le second (2013) s'est avéré un peu en deçà mais pas désagréable pour autant. Voilà donc le troisième, qui prend le partie de revenir avant les évènements des premiers films.

 

La méthode et le scénario sont rodés : une séance de spiritisme qui tourne mal, un démon qui s'attache à une jeune fille et cette bonne vieille Elise qui va jouer le pompier-exorciste de secours. Ce troisième volet n'est pas réellement flippant mais propose cependant quelques scènes bien angoissantes, notamment celle où le démon va faire disparaitre sans précipitation toutes les sources de lumières de la chambre. Petite nouveauté dans la saga, le réalisateur lorgne légèrement vers l'horrifique made in Japon mais perd du coup l'ambiance "maison hantée" et le style très vintage du premier film. Le scénario est plutôt soigné (pour un film de genre) et le méchant assez flippant tout du moins dans la première partie. Il est en effet dévoilé un peu trop vite ce qui nuit à l'angoisse provoquée par sa mystérieuse présence.

 

 

Même si ce troisième Insidious se perd un peu sur la fin il s'agit néanmoins d'un honnête film d'épouvante qui ne dénote pas dans la trilogie. Il ne faut pas s'attendre à une révolution mais le job est réalisé de belle manière et ce n'est déjà pas si mal.

 

Les + :

  • Globalement cohérent
  • Angoissant
  • Un démon sympathique

 

Les - :

  • Rien de bien nouveau
  • Une fin un peu expédiée

 

Note : 5,5 / 10

 

Published by cineguiloup - dans 5 étoiles : film moyen
commenter cet article
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 10:46

 

Réalisé par Sebastian Schipper, 2015

Durée : 02h14

 

L'histoire du cinéma est jalonnée de scènes mémorables devenues cultes. Beaucoup de scènes marquantes sont des plans séquences, c'est à dire des scènes tournées en un seul plan sans coupure ni montage. Récemment l'excellent Birdman proposait un (faux) plan-séquence de presque 2 heures. Alfonso Cuaron maitrise également le procédé avec des séquences géniaux dans Les fils de l'homme ou Gravity. Victoria va plus loin en tentant un pari fou : un seul et unique plan-séquence de plus de 2 heures !

 

Ce film vaut donc surtout pour sa prouesse technique unique au cinéma : un rush de 2h14 sans aucune coupure ni montage. Ceci donne un aspect quasi-documentaire à cette oeuvre filmée caméra à l'épaule. La maitrise de la mise en scène se doit d'être parfaite et c'est le cas. Le travail demandé pour coordonner les acteurs et les péripéties est colossal mais Sebastian Schipper s'en sort avec brio. Aucun détail ne vient ternir le tableau : la caméra est toujours fluide, on ne voit jamais l'ombre du caméraman ou son reflet, les mises au point sont judicieuses. Bref un travail à montrer dans toutes les écoles de cinéma. Cette performance rare apporte une vraie tension et un suspens par moment haletant mais également des passages forcément plus calmes. La difficulté d'un plan-séquence si long repose dans la gestion des temps fort et des temps faibles et malgré tous ses efforts le réalisateur ne parvient pas totalement à maintenir le spectateur en haleine de façon continue. Le film aurait gagné à être amputé de 15-20 minutes car certains passages sont vraiment longs. De même pour le scénario qui met du temps à se mettre en place. Mais ceci ne saurait effacer la maestria de l'ensemble qui débute de façon hypnotique pour se finir avec fracas. La photographie est très belle et le réalisateur a su distiller de la musique quand il le fallait et du silence aux moments opportuns.

 

 

Cette plongée au coeur de la nuit berlinoise, mélange de comédie et de thriller est avant tout une performance technique magistrale. Filmé à la perfection, cette longue scène de plus de 2 heures tient en haleine de bout en bout malgré des séquences clairement trop longues. Un passage de l'insouciance vers le drame devant lequel on ne peut que s'incliner, porté par des acteurs attachants. Victoria mérite d'être vu ne serait-ce que pour la difficulté de son entreprise et son rendu techniquement bluffant.

 

Les + :

  • Chapeau l'artiste
  • Un sens du détail et de la coordination impressionnant

Les - :

  • Un bon 1/4h de trop
  • Un scénario assez maigre et prévisible

 

Note : 7,5 / 10

Published by cineguiloup
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de cineguiloup
  • Le blog de cineguiloup
  • : Ce blog rassemble les critiques de tous les films que je vois, et ce depuis maintenant de longues années... J'ai du pain sur la planche ^-^
  • Contact

A LA UNE

Tops et flop 2014

her

 

 

Recherche

Coup de coeur du moment